• Votre panier est vide.

Diagnostic de la tendinopathie d’Achille et suivi basique

Le diagnostic va se faire sur la combinaison des symptômes et tests/signes diagnostiques.

Symptômes

La douleur et la réduction de la fonction sont les deux symptômes primaires de la tendinopathie d’Achille. [2]

Les patients décrivent souvent un panel de symptômes incluant :

Le schéma ci-contre provient d’une infographie plus complète que nous expliquons dans le chapitre suivant.

Parfois, le patient ressent un symptôme précoce, par exemple quand il a mal en tout début d’activité, mais que la douleur disparait rapidement. [3] Si le sportif ignore ses symptômes, au début mineurs, très souvent, la tendinopathie progresse et entraine par la suite des symptômes plus handicapants qui ne disparaissent pas pendant l’effort et entraineront un arrêt de l’activité ou une diminution des performances. [4,5]

On note également que très souvent les patients ne ressentent pas de douleur en absence de mise en charge. [6]

Signes et tests Diagnostic de la tendinopathie d'Achille

Palpation : La palpation a lieu debout et couché sur le ventre, on recherche la sensibilité, la chaleur, l’épaississement, un nodule et des crépitations.

La sensibilité est à 0,583 et la spécificité à 0,8451

 

Zone douloureuse : Ceci nous permet de différencier les pathologies tendineuses aux pathologies paratendineuses. Dans les paratendinopathies, la zone d’épaississement et de douleur maximale reste fixe par rapport à la malléole sur toute l’amplitude de la flexion plantaire, de l’hyper flexion plantaire à l’hyper flexion dorsale. Quand la problématique concerne le tendon, il y a une variation de la douleur qui diminue généralement lorsque le tendon est mis sous tension, et on sent très souvent un petit nodule.

La sensibilité est à 0,525 et la spécificité à 0,8331

Royal London Hospital test : le praticien trouve la zone douloureuse en palpant le tendon en position neutre de la cheville ou en légère flexion plantaire. Puis la cheville est placée en dorsi-flexion et la palpation devient moins douloureuse, voir totalement indolore.

La sensibilité est à 0,542 et la spécificité à 0,9121

 

Arc sign : il faut d’abord localiser l’épaississement du tendon. S’il est présent, le test consiste à pincer légèrement la zone pendant que le patient réalise une dorsiflexion et une flexion plantaire. Le test est positif si le nodule bouge.

Ce test est réalisable uniquement en présence d’un épaississement, cependant lorsque l’épaississement est présent, il est extrêmement spécifique !

La sensibilité est de 25% et la spécificité est de 100%

À présent le diagnostic est posé ! La suite ? Le suivi du patient.

Le suivi le plus simple se fait par le suivi des symptômes du patient, une amélioration de ceux-ci indique une amélioration de la pathologie et la disparition des symptômes indique le rétablissement.

Mais est-ce suffisant ?

physio-learning©. Tous droits réservés. Cliquez ici pour voir les conditions d'utilisations