• Votre panier est vide.

Matériel et application du BFR

Pour ce chapitre nous vous conseillons de regarder la vidéo ET lire le cours écrit.

Type de matériel

Manuel

On considère comme manuel les bandes occlusives nécessitant l’utilisation d’un outil externe pour mesurer la LOP. 

Pour la mesurer la LOP manuellement il existe 3 stratégies :

1. Le doppler (actuellement utilisé comme gold standard)

2. Un stéthoscope

3. Un oxymètre de pouls. Cependant celui-ci ne semble pas suffisamment précis pour être utilisé sur le membre inférieur, il doit donc être utilisé uniquement pour le membre supérieur [1]

Méthode pour trouver la LOP manuellement :

Lors du relevé de la LOP, la bande occlusive doit être placé sur la peau nue ou sur un vêtement moulant type vêtement compressif. On note également que le membre doit être relâché.

On augmente de 50 millimètres de pression toutes les 10 secondes jusqu’à ce que le pouls disparaisse (sur le doppler, l’oxymètre de pouls ou au stéthoscope). Une fois que le pouls disparait, attendre 10 s puis dégonfler progressivement le brassard jusqu’à réapparition du pouls.

Placement du doppler :

– Membre supérieur au niveau de l’artère radiale

– Membre inférieur au niveau de l’artère tibiale postérieure

Les bandes occlusives manuelles simples : Il s’agit de garrot simple, certaines de ces bandes sont élastiques et d’autres sont rigides. Elles peuvent être utilisées, mais ne permettent pas de régler précisément la LOP. Souvent ces bandes lorsqu’elles sont étroites (5cm) sont considérées comme des bandes KAATSU qui servent à entraver le retour veineux sans forcément permettre une occlusion artérielle totale. D’ailleurs une étude ayant utilisée des bandes de 5cm sur le membre inférieur n’a pas réussi à obtenir une occlusion complète [3].

C’est pour cette raison que vous verrez souvent des bandes différentes pour les membres inférieurs et supérieurs, car il y a besoin d’une plus grosse pression pour obtenir une occlusion au niveau des membres inférieurs et il est beaucoup plus facile de l’obtenir grâce à un manchon plus large.

Doit-on reprendre la LOP en début de chaque séance ?

D’après l’étude de Kevin T. Mattocks et coll., il n’y a pas de nécessité de recalculer la LOP plus de 1 fois par mois sur les patients sains n’ayant pas subi d’opération et en bonne santé, car elle ne change pas suffisamment pour être significative. [2] Cependant chez un patient avec une santé variable ou en postopératoire où il y a notamment une variation de l’œdème, il faudra retester la LOP à chaque début de séance.

2 types de bandes BFR manuelles :

– Non pneumatique qui peut être élastique ou rigide

Avec ces bandes il est très difficile de réaliser un réglage de la LOP, car le système de graduation s’il y en a un n’est pas précis et pour les bandes élastiques il y a un effet de distension qui vient au fur et à mesure des utilisations. C’est un outil qui est vraiment à visée grand publique pour ceux qui veulent réduire leur flux de manière empirique.

– Pneumatique qui sont toujours rigide : H+ cuff

Le H+ cuff est un outil de blood flow restriction ayant la certification américaine FDA pour cette pratique. On note que la plupart des études sont réalisées avec ce type de manchon. Le H+ cuff utilise des manchons incurvés qui permettent l’utilisation d’une pression 22% inférieure pour obtenir une même occlusion [4]

Automatique

On considère comme automatique une bande d’occlusion qui ne nécessite pas de matériel externe pour calculer la LOP, l’appareil la calcule automatiquement et règle automatiquement la pression pour atteindre le pourcentage de LOP paramétré par le kiné.

Il existe les bandes occlusives automatiques avec câble et sans câble.

Actuellement sur le marché, les bandes occlusives avec câble permettent de réguler la pression en continu pendant l’exercices et ceux sans câble permette de régler l’occlusion avant de commencer l’exercice.

Sans fil : AirBands

Les Airbands fonctionne sans fil et sont paramétrer grâce à une application mobile. Le calibrage de la pression se fait actuellement automatiquement mais que de 1 seul côté et reste identique pendant tout l’exercice sauf si elle est modifiée manuellement par le thérapeute.

Avec fil : Mad Up

La particularité du Mad Up est que la pression est calculée de manière bilatérale PENDANT l’exercice pour rester constante. Cette technique permet d’éviter les sur-augmentation de la LOP dû aux contractions musculaires pour améliorer la sécurité de l’occlusion.

Taille de la bande occlusive

Les bandes occlusives utilisées dans les études sont variables en largeur et en matière.

Au sujet de la matière, on retrouve des bandes en nylon, un peu comme les ceintures de voitures, et des bandes élastiques. En fonction des études, la matière utiliser est différente, mais au niveau des résultats obtenu il n’y a pas de preuve de différences entre les 2 matériaux, les 2 obtiennent une bonne adaptation musculaire. Par contre le serrage n’est pas le même pour les 2 matériaux, ce qui compte c’est de serrer assez pour qu’il y ait une occlusion artériel partielle, quel que soit le matériau utilisé.1,2

On note que dans certaines études, aucune occlusion artérielle n’a pu être obtenu par les bandes élastiques.

La largeur des bandes est-elle importante ? Plus la bande est large, moins la pression nécessaire pour induire l’occlusion partielle artériel est grande, tout simplement parce qu’avec une bande large, les vaisseaux sanguins sont comprimés sur une plus grande distance ce qui entraine une plus grande résistance à l’écoulement du flux sangunin.3 Par contre plus la bande est large plus elle sera gênante pour les mouvements, on générale on utilise une bande autour de 5cm.

Au niveau du patient, la pression nécessaire a appliqué est plus grande lorsque le membre a une circonférence plus élevée et une pression systolique plus élevé. 3

Evaluation de la LOP (Limb Occlusion Pressure)

Position d'évaluation de la LOP

La LOP est la pression minimum nécessaire à appliquer avec la bande occlusive pour permettre une occlusion totale artérielle, c’est-à-dire pour bloquer complètement l’arrivée du sang dans le membre.

Une fois cette pression déterminée, on calcule la pression nécessaire de travail, sachant qu’en général on travaille à 40-50 % de la LOP pour les membres supérieurs et à 50-80 % de la LOP pour les membres inférieurs.

La LOP est-elle identique dans toutes les positions ?

On sait que la pression (tension) artérielle augmente de la position couchée à assise et d’assise à debout (dû à la pression hydrostatique). On sait également que plus la pression d’un liquide est forte, plus il faut serrer fort pour l’empêcher de passer. 

En position allongée la tension artérielle étant plus faible que debout, la pression nécessaire pour obtenir la LOP est donc plus faible en position allongée que debout.

Quelle condition de sécurité en déduit-on ?

Que se passe-t-il si l’on détermine la LOP en position debout et qu’on la règle la bande occlusive à 80 % en position debout ? Si on fait faire les exercices au patient en position allongé, l’occlusion risque de passer de 80 % à 100 % (augmente en général de 15 à 20 % de la position allongée à debout) car la tension diminue en s’allongeant ! Il y a donc un risque d’ischémie total.

1. La LOP doit donc toujours être déterminée dans la position où sera effectué l’exercice.

2. Si le patient doit faire des exercices dans plusieurs positions différentes, on prend la LOP qui nécessite la plus faible pression pour obtenir l’occlusion. Par exemple si le patient doit réaliser des exercices en position allongée et debout, on prendra la LOP en position allongée.

On note que du fait des pressions hydrostatiques, les membres inférieurs sont influencés de manière plus importante par les positions.

Placement de la bande d'occlusion

Pour des questions d’hygiène et pour éviter l’abrasion de la peau par le manchon lors des exercices, on peut utiliser un tissu moulant entre la peau et la bande occlusive, comme un short moulant, un T-shirt manches longues moulant, ou un manchon compressif. Ce manchon est important notamment chez les personnes avec la peau fragile, comme les personnes âgées. Les vêtements amples sont à éviter, car font glisser les bandes occlusives.

Du côté du membre supérieur, la bande occlusive se place juste sous le V deltoïdien.

Du côté du membre inférieur, la bande occlusive se place au plus proximal possible de la cuisse.

physio-learning©. Tous droits réservés. Cliquez ici pour voir les conditions d'utilisations