• Votre panier est vide.

Neurosciences et rééducation : rééduquer le cortex moteur

Neurosciences et rééducation

Le cortex moteur, celui qui gère le mouvement via les muscles, peut être modulé par une augmentation de l’excitabilité cortico-spinale ou par inhibition intra-corticale. Ebonie Rio décrit ce système comme le frein et l’accélérateur d’une voiture. Dans une de ces conférences, elle explique qu’une personne saine a une activation progressive, alors que chez un patient avec une tendinopathie rotulienne, il y a d’abord un retard d’activation puis tout s’active en même temps, c’est un schéma ON/OFF qui indique une très mauvaise modulation corticale chez ces patients.

D’ailleurs d’après Ebonie Rio, ce profil d’activation serait typique des tendinopathies.

Alors est-il possible de rééduquer cette modulation au niveau du cortex moteur ?

Mike Leung a comparé 3 types d’entrainements : le premier effectué avec un métronome, un deuxième avec une vidéo d’exercices que les patients devaient reproduire, et le 3ème entrainement sans ces feedbacks. Dans les 2 entrainements avec feedback, il a obtenu une modification significative de l’excitabilité cortico-spinale, et de l’inhibition intra-corticale. Grâce à ces feedbacks il a donc obtenu une adaptation neuronale. A l’inverse les patients sans métronome ni écran n’ont eu aucunes modifications à ce niveau.

Ce sont donc des outils essentiels à votre rééducation pour avoir un impact sur le contrôle moteur de vos patients. On vous fournira d’ailleurs dans la formation des outils pour pouvoir le mettre en place dans votre cabinet.

Autre avantage d’utiliser un métronome ou un écran, c’est que quand vous donner un exercice à faire à un patient, si vous ne lui donner que le nombre de répétition et le nombre de série, vous n’avez aucun contrôle sur le temps de mise en tension. Vous allez avoir des patients qui vont finir leur série en 20 secondes en regardant le plafond, et d’autres qui vont mettre 3min. Donc grâce à ce feedback vous aurez beaucoup plus de contrôle sur la dose que vous prescrivez.

On note qu’avec les biofeedback visuels, vous aller en plus avoir un contrôle sur la posture et l’amplitude, parce que le patient aura en permanence un référentiel qui lui permettra de faire des exercices de meilleure qualité.

Donc même sans parler de neuroscience, les feedbacks sont vraiment essentiels pour optimiser la rééducation.

physio-learning©. Tous droits réservés. Cliquez ici pour voir les conditions d'utilisations