• Votre panier est vide.

Pour ou contre le massage ?

La grande question !

“Le massage c’est nul, ça ne sert à rien !” Tous ceux qui n’aiment pas le massage tentent de s’en convaincre, est-ce vrai pour la tendinopathie d’Achille ?

Pour y voir plus clair nous allons nous intéresser au travail de 2020 réalisé par une équipe islandaise qui a recherché une méthode pour essayer d’améliorer leur taux de réussite des prises en charges des tendinopathies d’Achille.

Cette équipe a réuni 60 patients avec une tendinopathie d’Achille classique puis les a séparés en 3 groupes : 

– Groupe 1 suivant le protocole excentrique d’Alfredson

– Groupe 2 suivant un massage par pression

– Groupe 3 suivant les 2 programmes en même temps

Ils ont en parallèle évalués les patients avec différents outils dont notamment le test VISA-A à 0, 4, 8, 12 et 24 semaines.

Résultat :  une amélioration a été retrouvé dans les 3 groupes sans différence significative. La seule grosse différence significative a été au test VISA-A à 4 semaines qui a donné une amélioration significativement plus élevée pour le groupe ayant eu du massage.

Au niveau de l’adhérence, 7 patients ont abandonnés durant l’études :

– 4 du protocole d’excentrique, dont 2 qui ont signalé que les exercices augmentaient leurs symptômes et 2 signalant qu’ils n’avaient pas le temps

– 1 du groupe de massage, sans raison donnée

– 2 du groupe 3, sans raison donnée

Petit zoom sur comment a été réalisée l’étude

Protocole d’Alfredson : il a été réalisé dans les règles, on a expliqué au patient les exercices a effectuer à un premier rendez-vous, il lui a été fourni une fiche explicative et une vidéo à visionner. 

Cependant les seuls autres rendez-vous semblent avoir été pour les prises de mesures. ⚠ 

Donc contrairement au protocole de massage, il n’y a pas eu de rendez-vous toutes les semaines, ce qui donne un sérieux désavantage au niveau de la relation patient/thérapeute, ce qui peut avoir un impact sur la qualité de la rééducation à la maison mais aussi les facteurs psychologiques associés aux déficits fonctionnels et à la douleur.

 

Protocole de massage

Le second groupe a bénéficié de 2 séances par semaine de massage pendant 6 semaines puis de 1 séance par semaine pendant les 6 semaines suivantes.

Voici le protocole de massage utilisé (développé par les auteurs selon leur expérience) :

 

1. le thérapeute applique une pression sur le soléaire avec son genou sur 3 zones différentes (les croix bleues). Cette pression est maintenue jusqu’à ce que la douleur diminue, jusqu’à ce que le muscle se détende, mais pas pendant plus de 60 secondes. La pression est déterminée par la tolérance du patient, elle doit être maximale tant que le patient la tolère, si c’est trop, on arrête et on le laisse se reposer et on recommence avec une pression inférieure. Les points de pression sont effectués de de proximal à distal.

2. Le thérapeute recherche des tensions ou des trigger points en médial et latéral du soléaire (souvent au niveau des croix noires), ils sont alors traité par massage profond avec le pouce. A chaque séance 3-4 points étaient traités.

Après la session de massage, le patient devait immédiatement ressentir une diminution de la douleur, si ce n’était pas le cas, le thérapeute recommençait le traitement avec plus de pression. Si la 2ème fois il n’y avait toujours pas de bon ressenti, la séance était suspendue et reportée à la prochaine session.

L’expérience des auteurs indique que ce sentiment de bien être post traitement est primordial pour l’efficacité du traitement.

 

On note que les trigger points du soléaire mais aussi du tibial postérieur peuvent référer une douleur sur le tendon d’Achille. ☝️ [2]

physio-learning©. Tous droits réservés. Cliquez ici pour voir les conditions d'utilisations