• Votre panier est vide.

Rééducation du gainage du pied avec et sans électrostimulation

Exécution du short foot exercice

L’exercice du raccourcissement de la voute plantaire appelé en anglais short foot, traduit le pied court, a été étudié comme permettant une contraction isolée des muscles intrinsèques du pied.1,2, 3 Les auteurs indiquent que cet exercice est au pied ce que l’exercice ADIM est au lombaire. Il permet d’apprendre la contraction volontaire et le contrôle des muscles intrinsèques du pied, pour éviter par la suite les compensations des muscles extrinsèques du pied. Selon le concept de Hodges4, c’est une étape primordiale avant d’enchainer sur du travail de force. On peut également le comparer à l’apprentissage de la contraction des multifides dans une rééducation lombaire.

Concernant le célèbre exercice de la serviette, celui où on demande de tirer la serviette avec les orteils, le Dr Bahram Jam considère que c’est une erreur de le donner avant de maitriser l’exercice du raccourcissement de la voute plantaire. L’exercice de la serviette active les longs fléchisseurs des orteils, le long fléchisseur de l’hallux, le tibial antérieur et les longs extenseurs des orteils. Ce sont des muscles extrinsèques, donc cet exercice favorise l’utilisation de muscles longs plutôt que de muscles intrinsèques. Au niveau du dos cela pourrait correspondre à un travail du psoas plutôt qu’à celui des multifides dans une rééducation proprioceptive des lombaires.

D’ailleurs une étude a montré que l’activation de l’abducteur de l’hallux était 4 fois plus importante dans l’exercice du raccourcissement de la voute plantaire comparé à l’exercice de la serviette, dans la position assise et unipodale.5

L’exercice du « Short foot » ou « pied court » en traduction directe. 

On voit bien à la contraction une diminution de la longueur de l’arche du pied. (cliquez sur le gif pour l’agrandir)

Mauvaise exécution

Attention, certains patients auront tendance à réaliser une griffe avec leurs orteils, ce qu’il faut éviter pour obtenir une bonne stimulation intrinsèque. La griffe elle active principalement les muscles extrinsèques du pied.

Lorsque la contraction est obtenue, on doit s’assurer que :

– La cheville doit reste droite

– Les tendon en avant de la cheville restent relaxé

– Les têtes des métatarsiens restent en contact avec le sol

Ces exercices sont-ils efficaces d'un point de vue fonctionnel ?

Nous allons regarder les résultats de différentes études :

Dans une 1ère, 4 semaines d’entraînement à l’exercice du raccourcissement de la voute plantaire chez des sujets en bonne santé ont réduit l’effondrement de la voute plantaire (évalué par des mesures de la chute naviculaire et de l’indice de hauteur de la voute plantaire), et ont amélioré l’équilibre chez ces sujets.

Dans une seconde étude, ils ont comparé 4 semaines d’entrainement de l’exercice du raccourcissement de la voute plantaire avec l’exercice de la serviette. Ceux qui ont effectué le protocole avec l’exercice du raccourcissement de la voute plantaire ont démontré un « équilibre dynamique amélioré comparé aux sujets ayant effectué l’exercice de la serviette.6

Une autre étude n’a cependant pas montré d’amélioration d’amélioration de l’équilibre. 7

Chez les jeunes adultes en bonne santé ayant un pied plat, une autre étude a comparé une prise en charge avec orthèse seule et une avec orthèse associée à l’exercice du pied court. Le protocole avec l’exercice du pied court a entrainé une augmentation de la force de fléchisseur de l’hallux et de la section transversale du muscle abducteur de l’hallux par rapport au protocole sans l’exercice. 5

Une autre étude sur les patients atteints d’instabilité de cheville a comparé un protocole de 4 semaines d’exercices d’équilibre avec et sans l’exercice du pied court pendant les exercices d’équilibre, les patients du protocole avec l’exercice raccourcissement de la voute plantaire ont déclaré une meilleure fonction de la cheville à la fin du protocole.8

Autres exercices : Yoga du pied [16]

Grâce à de l’imagerie IRM, une étude a testé 4 exercices pour déterminer s’ils permettent d’activer les muscles intrinsèques du pied dont L’abducteur de l’hallux, l’abducteur du cinquième orteil, le carré plantaire, le court fléchisseur du cinquième orteil, l’adducteur de l’hallux, le court fléchisseur de l’hallux, les interrosseux, les lombicaux.

Les 4 exercices testés ont obtenu une activation de tous les muscles intrinsèques à hauteur de :

1. Short foot : 16,7% à 34,9%

2. Ecartement des orteils : 17,3% à 35,2% 

3. Extension de l’hallux : 13,1% à 18,1%

4. Extension des orteils excepté l’hallux : 8,9% à 22,5%

On voit donc qu’il existe d’autres exercices qui permettent de travailler les muscles intrinsèques du pied, ce qui permet d’avoir un panel d’exercices pour éviter l’ennui du patient, ou si le short foot est trop compliqué à assimiler dans un premier temps.

1. Short foot : 16,7% à 34,9%
2. Ecartement des orteils : 17,3% à 35,2%
3 et 4. Extension Hallux / orteils excepté hallux : 8,9% à 22,5%

Durant cet exercice, les orteils doivent rester bien tendus.

Exercices de renforcement de la voute plantaire combiné à l'électrostimulation

Dans le cadre du gainage du pied, l‘électrostimulation neuromusculaire (NMES) peut permettre de faire ressentir au patient la contraction musculaire à obtenir et est une modalité prometteuse en terme de renforcement de la voute plantaire. [9,10] 

Un protocole de renforcement de 3 séances par semaines pendant 3 semaines de la voute plantaire combiné à de la NMES a entrainé une diminution de la chute du naviculaire. [11]. 

Une seconde étude l’ayant utilisé en combinaison avec des exercices sans NMES sur 5 semaines a obtenu un déplacement de la charge du pied en latéral ce qui montre un meilleur maintien de la voute plantaire.

Fourchet F, Kuitunen S, Girard O, Beard AJ, Millet GP. Effects of Combined Foot/Ankle Electromyostimulation and Resistance Training on the In-Shoe Plantar Pressure Patterns during Sprint in Young Athletes. J Sports Sci Med. 2011;10(2):292-300. Published 2011 Jun 1. Flèche verte rajoutée pour représenter le déplacement du poids

D’ailleurs une 3e étude sur des patients avec des pieds plats flexibles a montré qu’une séance de 20min de NMES sur l’abducteur de l’hallux (en médial de l’arche) induit un déplacement latéral et antérieur du point de pression en position debout immédiatement après la séance, et ce déplacement était encore visible 2 mois plus tard ! [14]

Lors d’un protocole similaire (une séance, mais avec une onde légèrement différente) on voit également les conséquences lors de la marche avec une augmentation de l’éversion de l’avant-pied simultanément à une inversion de l’arrière-pied dans le plan frontal et une adduction principalement dans l’arrière-pied dans le plan transverse. Pour faire plus simple, on voit en fait une meilleure coordination entre l’avant et l’arrière-pied pendant la phase de passage du pas, immédiatement après le protocole, ce qui peut être intéressant en préparation physique à l’effort. [12]

Les effets ayant été mesurés encore présents 2 mois plus tard nous montrent que la NMES maximise l’hyperexcitabilité de l’abducteur de l’hallux grâce à une seule session (le renforcement de la structure n’étant pas possible en une seule session), ce qui en fait un outil très intéressant pour la rééducation. [12]

PROTOCOLE [13]

Le programme utilisé dure 15min, dont 75 contractions d’un courant biphasique symétrique de 85 Hz de 400 microsecondes. La phase tétanique est paramétrée à 4 secondes suivies de 8 secondes de repos durant laquelle le patient reçoit un courant de 4 Hz en sous-maximal. L’intensité doit être réglée au maximum possible sans inconfort pour le patient.

Pendant la phase tétanique, le patient doit accompagner la contraction électrique en contractant volontairement en même temps. Durant la phase de repos, le patient relâche en position neutre.

Le protocole s’étale à hauteur de 9 à 12 séances pendant 3 à 5 semaines avec une progression d’exercices.

Tableau de réglage du courant provenant de McKeon, Patrick O.; Fourchet, François (2015). Freeing the Foot. Clinics in Sports Medicine, 34(2), 347–361.

PROGRESSION D’EXERCICES [13] (identique avec et sans électrostimulation)

La progression vise à augmenter la mise en charge de la zone médiale du médio-pied en empêchant son aplatissement ou à l’intégrer à des exercices fonctionnels. On passe à l’étape suivante lorsque le patient réussit aisément à réaliser l’exercice sans aplatissement de l’arche.

1er niveau : Assis les 2 pieds au sol

2e niveau : debout en appui bipodal

3e niveau : debout en appui unipodal

4e niveau : Toujours en appui unipodal, flexion du genou, augmentation de la dorsiflexion ce qui augmente la mise en charge de la zone médiale du médio-pied

5e niveau : Implémentation d’exercices dynamiques

Le 5e niveau est extrêmement important, il permet d’intégrer le système de gainage du pied dans sa fonction. Les exercices dynamiques peuvent être tout type d’exercices dont notamment ceux de triple flexion, comme les squats, les fentes, les levé de chaise en appui unipodal etc….

Il faut penser également à travailler la flexion plantaire qui est la base de la propulsion. Lors de la propulsion, la force doit être dirigée vers la première tête du métatarsien pour permettre une propulsion optimale.

Un bon exercice est de travailler la flexion plantaire en demandant de mettre le plus de force possible au niveau de la tête du premier métatarsien, on peut utiliser une pièce de monnaie sous la tête du premier métatarsien et demander au patient de monter sur la pointe du pied en mettant le plus de pression possible sur la pièce de monnaie.

Une fois que la force est suffisante, on va travailler la vitesse. Lors des activités fonctionnelles, la transition des phases d’absorption et propulsion sont très rapides, on va donc commencer les activités de course et de sauts.

Lors des sauts, on va travailler la phase de propulsion (avec propulsion via le premier métatarsien) et de réception avec maintien de la voute plantaire et équilibrage sans aplatissement de l’arche.

Lors de la course c’est surtout une prise de conscience du positionnement du naviculaire et de l’optimisation de la phase de propulsion.

physio-learning©. Tous droits réservés. Cliquez ici pour voir les conditions d'utilisations