• Votre panier est vide.

Tendinopathie d’Achille insertionnelle, qu’est-ce qui change ?

Nous avons vu dans le chapitre précédemment que la tendinopathie d’Achille insertionnelle entraine une légère modification de la prise en charge, qu’elle est-elle ?

Exercices en amplitude complète ou en limitation de flexion dorsale ?

La littérature permet de nous éclairer sur quel type d’exercice réaliser en fonction de la localisation de la douleur du patient.

Les exercices excentriques sans limitation d’amplitude entrainent un bénéfice avec une diminution de 1,8 à 2,8 sur les scores de douleur sur un suivi de 3 à 4 mois (évidence de niveau I, II et III) [1,2,3].

Après ce type d’exercice, la douleur moyenne restante est de 2 à 5 sur 10. Cependant chez les patients avec des tendinopathies insertionnelles, on retrouve un très haut taux de patients ne répondant pas aux exercices excentriques en amplitude complète avec 70% des patients reportant de mauvais résultats (évidence IV) [4]

Les protocoles avec limitation d’amplitude de flexion dorsale permettent de diminuer les forces de compression sur l’insertion du tendon.[5] 

Avec ce type de protocole, ils ont obtenu une diminution d’une douleur moyenne à 5,4 à 3 en 3 mois et à 1/10 en 1 an (Evidence de niveau II, n = 16). [6] Une autre série de cas a montré un très haut de de satisfaction avec un retour au niveau d’activité précèdent la pathologie de 67%. [7]

physio-learning©. Tous droits réservés. Cliquez ici pour voir les conditions d'utilisations